5 conseils pour un entraîneur développement de natation - Alex Sereno
2666
post-template-default,single,single-post,postid-2666,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,overlapping_content,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

5 conseils pour un entraîneur développement de natation

5 conseils pour un entraîneur développement de natation

Entre 2 épreuves de ma fille, lors d’une compétition de natation, il se passe un temps fou. À vrai dire, une éternité! Je ne m’y ferai probablement jamais. Être assis dans les estrades, je trouve ça pénible. Je passe la majorité de mon temps à observer ce qui se passe en bas, sur la piscine. J’analyse, je questionne et je me remémore de vieux souvenirs! Puis ma fille monte sur le bloc, et je vire fou!

Question de faire passer le temps, j’en profite pour rédiger ces billets de blogue que je partage avec vous (merci de faire partie de ma thérapie!). Le sujet de cet article est issu d’une réflexion que j’ai eue lors de cette dernière compétition dimanche passé; et si l’un de ces instructeurs était mon assistant, quels conseils lui prodiguerais-je?

Mon top 5

Primo, je lui conseillerais de ranger son chronomètre durant les entraînements (ça économisera ses piles pour ses compétitions). Quand on entraîne des petits bouts de chou, le chrono est l’instrument le plus inutile du coach, puisque l’objectif premier est la technique.

En parlant de technique…les enfants ont une très grande capacité d’apprentissage moteur, mais encore faut-il leur enseigner les bons patrons moteurs! Le buffet d’éducatifs, ça ne sert absolument à rien (à vrai dire oui…ça sert à les mélanger). Je dirais même qu’avec mes

athlètes de pointe, j’ai toujours priorisé la qualité (1-2 éducatifs avec un objectif précis) sur la quantité. J’ai eu la chance de travailler avec l’un des meilleurs entraîneurs bout de chou lors de mes années à CAMO et je me souviendrai toujours de sa formule d’enseignement, la MMA…la même maudite affaire! On répète, on répète et on répète jusqu’à ce que le patron moteur désiré soit totalement maîtrisé! Les meilleurs exemples de cet énoncé se trouvent dans des sports tels que la gymnastique ou le plongeon. Si vous ne portez pas attention aux petits détails, vous en subirez très rapidement de douloureuses conséquences (tomber de la poutre ou encore à plat dans l’eau). J’aime aussi l’approche K.I.S.S. (Keep it simple and stupid)…personnellement avec des tout petits, j’opterais pour « keep it SHORT and stupid ». Des moitiés de longueurs, ça permet une meilleure intégration (plus rapide) des bons mouvements désirés (parce ce que les jeunes n’ont pas le temps de se fatiguer).

Secondo, je lui conseillerais d’être TRÈS dynamique! Quand on enseigne à des jeunes, on n’est pas un entraîneur, on est un animateur qualifié qui enseigne. On enseigne la technique, on enseigne la disciple, on enseigne des valeurs et tout ça, dans un cadre ludique et intéressant, afin que nos tout petits continuent d’apprécier l’activité physique. Si tu es en fin de session ou que tu es sorti la veille (difficile à croire, mais j’ai été jeune moi aussi!), va te chercher un grand café et trouve toi de l’énergie!

Tertio, arrive à l’avance. Que ce soit pour l’entraînement ou encore la compétition, assure-toi d’arriver assez longtemps en avance afin d’accueillir tes athlètes et prendre le temps de leur jaser avant la pratique. Tu es le patron de la boîte, donc c’est toi qui dois arriver le premier et partir le dernier.

Quattro, qu’as-tu planifié pour l’entraînement? L’expression « if you fail to plan, you plan to fail » en dit long sur l’importance de planifier: une saison, un cycle ou un entraînement. Chaque entraînement doit atteindre un objectif bien précis (je déteste le « garbage milleage »), donc si t’as planifié ton entraînement en direction de la piscine, il est fort à parier qu’il risque d’être mauvais!

Mon dernier point et non le moindre, tu es un modèle! Tu passeras plusieurs heures en compagnie de ces jeunes et tu deviendras un exemple pour eux…sois à la hauteur de cette responsabilité.

Le ton de ce billet peut sembler un brin moralisateur et pour être bien franc, il l’est! Mais c’est cette même morale qui m’a été enseignée par de très grands entraîneurs qui avaient à cœur le succès de ma carrière future et je les en remercie encore aujourd’hui. Je vous passe maintenant le flambeau.