Bâtir la confiance d'un jeune athlète - Alex Sereno
2837
post-template-default,single,single-post,postid-2837,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,overlapping_content,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Bâtir la confiance d’un jeune athlète

Bâtir la confiance d’un jeune athlète

Il y a un concept que je me targue d’inculquer à tous les entraîneurs avec lesquels je travaille : l’importance de bâtir la confiance d’un jeune athlète. Pour ce faire, l’entraîneur qui travaille avec de jeunes athlètes devrait utiliser les 3 stratégies suivantes.

Primo, le plaisir de pratiquer l’activité en question.  Si vous êtes un coach de natation, il vous faut user d’originalité pour contrer « l’endormitoire » de la ligne noire au fond de la piscine.  Les relais doivent faire partie de votre arsenal d’exercices.  Le principe du jeu en bas âge est tellement important.

Secondo, le développement des habiletés techniques. C’est la base de tout sport.  Je ne cesse de le répéter : c’est en bas âge que nos athlètes bâtissent le capital biomécanique qui aura une incidence majeure sur leur carrière à long terme (sur la performance, les blessures).

Je vous suggère ces 3 techniques simples et efficaces:

  1. I.S.S. (Keep It Simple and Stupid)
  2. Keep it short and perfect.
  3. M.A. (Même Maudite Affaire)

Et tertio, et non le moindre, gagner! Oui, vous avez bien lu : gagner! C’est en gagnant que l’on apprend… À gagner. Vous devez donc trouver des façons d’offrir de petites victoires à vos jeunes. S’ils doivent nager 3 épreuves lors d’une compétition, offrez leur la chance de nager une épreuve à laquelle ils excellent. Si vous devez choisir une compétition, choisissiez celle à laquelle ils auront le plus de chance de gagner. Ces petites victoires leur seront tellement précieuses dans leur cheminement d’athlète.

Pour terminer, j’aimerais partager une petite leçon que j’ai apprise lors de mes premières années avec Pierre Lafontaine; « quand tu coaches des jeunes, tu n’es pas un coach, tu es un enseignant spécialisé »  Vous êtes donc des professeurs de sport, alors pensez pédagogie avant de penser entraînement.