Coach d’estrades (2e partie) - Alex Sereno
2645
post-template-default,single,single-post,postid-2645,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,overlapping_content,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Coach d’estrades (2e partie)

Coach d’estrades (2e partie)

Note: J’ai rédigé cet article avant les fêtes et j’ai hésité à le mettre en ligne parce que je trouve le ton trop moralisateur. Lorsque j’ai vu un parent « coacher » sa fille des estrades ce weekend, lors d’une compétition, j’ai décidé de publier ce billet.

Si la tendance se maintient, je vais rédiger une chronique « coach d’estrades » après chaque compétition de ma fille, parce qu’à chaque reprise, il me vient des idées de billet (en passant, vos suggestions sont les bienvenues). Ainsi, avant les fêtes, j’ai accompagné ma fille à la piscine pour une petite compétition de natation. Vous savez le genre d’activité sympa que les enfants adorent, puisqu’ils sont entre amis et ils reçoivent des médailles et des surprises. À la fin de ma journée, ma femme m’informe qu’un parent avait dit à son enfant, qui n’avait pas gagné toutes ses courses; «La prochaine fois, je veux juste des médailles d’or! » J’ai pensé à cette phrase toute la nuit! Je n’en revenais tout simplement pas! J’ai donc eu l’idée de vous partager quelques statistiques intéressantes qui ont refait surface lors de cette nuit d’insomnie…ça remet les choses en perspective!

J’ai entraîné pendant près de 17 ans des athlètes de tous les niveaux (au début de ma carrière, j’ai travaillé avec des enfants, des ados et même des adultes). Durant cette période, j’estime avoir travaillé avec environ 400 athlètes (ces statistiques sont approximatives puisque l’objectif de cet article n’est pas de promouvoir mon CV) et vous verrez les chiffres en disent long!

  • J’ai placé 4 athlètes sur des équipes nationales séniores (natation+triathlon), cela représente 1%
  • J’ai eu près d’une dizaine d’athlètes ayant participé à des jeux d’envergure internationale tels; Pan Pacifique, Pan AM, Championnats du monde et Jeux olympiques, ce qui représente environ 2,5%
  • J’ai placé 2 athlètes au sein d’équipes nationales juniors ou U-23 de triathlon, cela représente 0,5%
  • J’ai à mon actif quelques médailles lors de championnats canadiens (natation et triathlon), dans diverses catégories (juniors, U23, sénior), disons une dizaine, cela représente 2,5%
  • Kathy Tremblay a réussi plusieurs podiums intercontinentaux (comme la mémoire me fait défaut, disons au plus bas à environ une dizaine), cela représente 2,5%
  • J’ai réussi à mettre une athlète sur 2 podiums en coupe du monde (1re et 3e place Kathy Tremblay), cela représente 0,5%
  • Et j’ai placé une seule athlète sur une équipe olympique (Kathy Tremblay triathlon en 2012), cela représente 0,25%

On peut tirer 4 conclusions de ces chiffres (rien de scientifique je tiens à préciser):

  1. Le pourcentage des performances nationales et internationales est très très faible
  2. La majorité des performances proviennent d’un très minime nombre d’athlètes
  3. Les probabilités de performances nationales et internationales du groupe d’athlètes de départ (400) sont excessivement faibles et proviennent majoritairement du même petit groupe sélect d’athlètes
  4. La probabilité de faire une équipe olympique est presque nulle (0,25%)

Je tiens à préciser à nouveau que ceci n’est nullement un exercice scientifique (vraiment pas). Il ne prend pas en considération l’ensemble des performances dont je ne me souviens plus. De plus, je n’ai pas comptabilisé les performances de niveau provinciales de maintes athlètes (c’est quand même bien d’être l’une des meilleures athlètes de sa province non?). Le but de cet exercice était de vous faire réaliser le constat suivant:

Le sport c’est une école de vie*. C’est l’endroit où les enfants acquièrent des outils (persévérance, constance, travail ardu, discipline, réussites, échecs, gestion du temps, estime de soi, etc.) qui leur serviront tout au long de leur vie. Ce n’est pas le fond de pension de papa et maman (parce que dans certains sports professionnels ça peut être très payant!) ou la projection du rêve d’un parent qui n’a pas réussi à accomplir ses objectifs sportifs. Le sport c’est avant tout un loisir excellent pour la santé au sein duquel votre enfant apprendra des valeurs précieuses qui feront de lui une personne efficace, travaillante, disciplinée et productive dans toutes les sphères de sa vie (ex. devenir un entrepreneur). S’il possède le talent nécessaire, le désir, l’entourage et un peu chance (à vrai dire beaucoup) peut-être réussira-t-il à faire partie du 0,0725% mentionné ci-haut, ou encore peut être du 0.0025% qui le rendra aux olympiques …donc en résumé laissez vos enfants s’amuser, peu importe l’issue de la compétition et profitez-en pour prendre un café et apprécier le fait qu’ils ne sont pas dans rue, mais bien en train de pratiquer une activité sportive tout en s’amusant.

J’ai déjà hâte à la prochaine compétition de ma fille!

*J’ai toujours eu comme règle parmi mes athlètes qu’ils ne pouvaient être entraînés par moi s’ils n’étaient pas à l’école ou avaient complété une formation professionnelle quelconque