Je déteste perdre! - Alex Sereno
2383
post-template-default,single,single-post,postid-2383,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,overlapping_content,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Je déteste perdre!

Je déteste perdre!

Je déteste perdre, voilà, c’est dit! Je déteste perdre en jouant aux cartes avec ma fille de 6 ans alors, imaginez à quel point je détestais quand mes athlètes perdaient une course (demandez à ma femme à quel point c’est long Boston-Montéal avec un gars qui déteste perdre), je déteste perdre un point c’est tout!

Mais j’adore la compétition! La compétition c’est sain.  J’aime que mes compétiteurs cherchent à se démarquer, cela me motive à travailler encore plus fort pour en faire autant.  Au bout du compte, nous y sommes tous gagnants, puisque c’est notre champ d’expertise, notre profession, notre domaine qui s’en trouve enrichi.  C’est d’ailleurs l’une des premières leçons que j’ai apprises lorsque j’étais jeune coach; si les autres deviennent meilleurs, faudra travailler encore plus fort pour les battre et ils feront de même par la suite…c’est comme ça que l’on bat des records du monde, c’est aussi comme ça que naissent les grandes entreprises qui révolutionnent une industrie.

Et plus que tout, j’adore gagner! Et gagner, c’est apprendre à perdre et surtout apprendre de ses erreurs afin de devenir meilleur.  Aussi difficile soit-il, il faut être capable d’introspection (et non d’auto flagellation) et prendre la responsabilité de ses échecs…ça, c’est très dur pour l’égo.  L’égo d’un coach, celui d’un athlète…et celui d’un entrepreneur.

Alors qui veut faire une course là?