La petite histoire de Café Barista – Prologue - Alex Sereno
949
post-template-default,single,single-post,postid-949,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,overlapping_content,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

La petite histoire de Café Barista – Prologue

La petite histoire de Café Barista – Prologue

Voici le premier de plusieurs billets qui feront état de toutes les étapes que nous avons passé depuis près de 7 ans pour en arriver aujourd’hui à Café Barista, Boris et Orélie Communications (notre nouvelle boîte de design graphique) et notre projet d’économie sociale.

Marché aux puces!

Vous avez bien lu…marché aux puces! C’est notre réel départ au sein de Café Barista et bien malgré moi, j’oublie trop souvent de le mentionner lors de mes ateliers-conférences. Probablement que je ressens une petite gêne face à ce début un peu trop modeste à mon goût, mais c’est le vrai point de départ de l’entreprise.

Pour vous mettre en contexte, Enrico venait de vendre ses parts au sein de sa 1ère entreprise de café. De mon côté, j’étais en transition de ma 1ère carrière en tant qu’entraîneur de haut niveau de triathlon. Nous possédions chacun un bon bagage entrepreneurial individuel, puisque nous n’en étions pas à notre première entreprise (1).

Donc, fidèles à notre philosophie individuelle de démarrage d’entreprise à laquelle je fais référence souvent comme étant «old school» (2). Nous avons priorisé donc la vente de produits afin de générer des revenus initiaux qui nous permettraient de passer à l’étape suivante. C’est avec 3000$ en poche que nous avons fait l’achat de café vert, d’une vieille machine que nous avons rafistolée et de silos de café que nous avons construits.

Une leçon d’humilité

Je me souviendrais toujours de ce premier weekend, dans notre beau petit kiosque…on était assez loin de notre objectif qui était de fonder une maison de torréfaction artisanale, spécialisée en espresso italien haut de gamme!

Qui plus est, mon associé venait de se départir d’une belle infrastructure de travail complète avec un torréfacteur industriel, un entrepôt, une boutique et tutti quanti (3).

Nous avons fait notre petit bout de chemin ainsi durant quelques mois, pour ensuite gravir notre premier échelon…le sous-sol (jeu de mots)!

Mon prochain billet de cette section traitera de nos vrais débuts en tant que grossistes.

  1. Carlos s’est joint à nous il y 5 ans
  2. Un modèle d’affaire où l’on démarre sa propre entreprise avec les moyens financiers du bord (c’est-à-dire sans s’endetter), avec comme seul et unique objectif de faire des ventes le plus rapidement possible. Cette démarche est, selon moi, beaucoup plus fastidieuse, mais assure une sécurité financière à l’entreprise dès son départ. Il va sans dire que celui-ci ne s’applique pas à tous les types d’entreprises, mais un grand nombre d’entre elles peuvent profiter de ce principe afin d’entreprendre l’aventure!
  3. Vous aurez deviné que nous ne possédions pas de torréfacteur à nos débuts…je vous expliquerai en détail, lors de mon prochain billet, les hauts et les bas de ce genre d’inconvénient!
Mots clés :
,