Le virage numérique rendu possible pour toutes les PME
Un camp d’entraînement où tu t’entraînes 2 à 3 fois par jour représente une occasion unique pour les athlètes d’apprendre à bien gérer leur temps
camp, entraînement, sport, triathlon
3611
post-template-default,single,single-post,postid-3611,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,overlapping_content,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Le virage numérique rendu possible pour toutes les PME

Le virage numérique rendu possible pour toutes les PME

Contenu commandité

Il y a près de neuf ans, mon entreprise prenait un virage numérique en empruntant de nouveaux canaux de communications virtuels : les médias sociaux. Quatre ans plus tard, nous vendions nos produits en ligne. Il faut dire que c’était plutôt avant-gardiste pour des artisans-torréfacteurs.

Avec un peu de recul, je peux dire que cette décision est probablement la plus importante que nous ayons prise durant nos 14 ans d’activité, puisqu’elle a mis notre marque au monde, sur le web.  Le fait d’avoir été précurseur numérique au sein d’une industrie dite traditionnelle nous a permis de bâtir un solide capital numérique. Cette empreinte numérique nous permet désormais de vendre nos produits sur le web, comme si nous possédions un pignon sur rue.  Bien entendu, il existe plusieurs autres options pour vendre en ligne, tel que faire appel à une plateforme comme Amazon, mais personnellement je préfère de loin l’autonomie que me procure la vente directe sur mon site.  Cela dit, comme mes ventes vont bon train sur la plateforme actuelle, rien ne m’empêche de considérer le géant de la logistique, comme un canal de distribution supplémentaire.

Un passage obligé

Que l’on veuille ou non, le virage numérique est devenu un incontournable pour tout commerçant qui fait de la vente au détail.  Les PME n’ont plus le choix, elles doivent désormais être présentes sur le web, afin d’y offrir leurs produits, puisque les habitudes d’achat des gens changent à vitesse grand V (je vous ai parlé d’Amazon plus haut right?).

Il m’arrive fréquemment de me poser la question : « qu’en aurait-il été si nous avions attendu et que nous avions décidé de commencer l’aventure en 2018? »  Si j’étais obligé de commencer aujourd’hui, je perdrais mes cheveux assez rapidement!  Mon entreprise a été choyée à ses débuts, puisque le web c’était un peu comme le Far West.  Nous avons profité d’une solide période d’expérimentation, qui nous a vite conduits à la constatation qu’il nous fallait de l’aide. C’est grâce à d’ingénieuses initiatives telles que la création d’une agence que nous avons acquis les connaissances nécessaires pour mener à terme notre ambitieux projet de cybercommerce.  En revanche, aujourd’hui, il existe des outils.  D’ailleurs si vous êtes une PME et que vous désirez vous lancer, vous pouvez faire appel à un service totalement gratuit financé par le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MÉSI) : le projet du virage numérique.

Un projet d’accompagnement pour les PME désirant vendre sur le web

Ce qui m’interpelle le plus dans ce programme, c’est qu’il est basé sur l’accompagnement.  Cette formule est à mes yeux la meilleure, puisqu’il offre une pérennité du savoir aux entrepreneurs.  Pour connaître toutes les étapes dudit programme, je vous invite à consulter le site du programme.  C’est assez simple et c’est surtout rempli de ressources qui permettront aux entreprises concernées de trouver les réponses à leurs questions…si elles ont encore des doutes!