Mon top 3 pour améliorer votre technique - Alex Sereno
2726
post-template-default,single,single-post,postid-2726,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,overlapping_content,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Mon top 3 pour améliorer votre technique

Mon top 3 pour améliorer votre technique

Assister aux entraînements de natation de ma petite fille, ça me remémore mes belles années de coaching en compagnie de mon ami Pierre Lafontaine. Je me souviens de quelques leçons qui ont marqué ma carrière d’entraîneur, comme la fois où il nous a envoyés observer le club de gymnastique qui s’entraînait au sous-sol du centre sportif (l’un des meilleurs clubs au pays) , ou lorsqu’il nous demandait d’observer les entraînements de plongeon (le meilleur club au pays!). L’idée derrière cet exercice était de nous faire prendre conscience de l’importance de la technique d’exécution, qui dans certains sports, représente un facteur de risque. Ainsi, un plongeur qui ne s’applique pas lors de chacun de ses plongeons de la tour pourrait subir une blessure fatale. À l’opposé, un nageur qui nage mal ne subira pas de conséquence immédiate, outre la remontrance de son entraîneur (les répercussions seront à long terme: blessure d’usure telle qu’une tendinite, difficulté à améliorer ses temps due à la mauvaise technique, etc.).

Donc, si vous entraînez des débutants tout-petits, dites-vous que vous êtes probablement l’un des facteurs les plus importants de la carrière d’un nageur ayant le potentiel d’aller loin. C’est pourquoi j’ai pensé vous partager mon top 3 des critères les plus importants lorsque vous enseignez à vos jeunes {remarquez ici l’utilisation du mot « enseignez » }.

Primo, il faut que ça soit le fun! Des lignes bleues dans le fond de piscines, ils en verront des millions et pour longtemps, alors assurez-vous de faire au minimum une activité amusante par pratique. Cette activité peut aussi être bénéfique au niveau des apprentissages (ex. Un relais, une course de chat-souris, etc.) ce qui est également super pour développer l’esprit d’équipe et la sensation de nager vite!

Secondo: gardez vos répétitions courtes. Les séries de 50m, 100m ne font que désapprendre les patrons moteurs que vous tentez d’enseigner. Vos petits ne sont pas assez forts physiquement et techniquement pour garder ces patrons durant une longue période de temps. Ainsi, si vous désirez faire une série de 500m vaut mieux la diviser en 25m (20X25m) ou même en demi-longueurs (40×12.5m) pour les plus petits. Si vous avez peur à vos filières énergétiques, rappelez-vous que les petits n’en possèdent qu’une (ou presque puisqu’ils n’ont pas beaucoup de muscles encore); l’aérobie. Donc, c’est pas mal dame nature qui s’occupe des processus d’adoption physiologiques étant donné que vos jeunes sont en pleine croissance.

Terzo; faites beaucoup de MMA! J’ai eu la chance de côtoyer une entraîneur bout de chou extraordinaire lors mes années avec Pierre (entraîner des nageurs qui provenaient de son groupe était un vrai charme!) et c’est elle qui m’a enseigné cette merveilleuse formule: la Même Maudite Affaire. Répétez, répétez et répétez le mouvement aussi souvent qu’il en est nécessaire jusqu’à l’obtention du patron moteur souhaité. Vous aurez compris l’importance du point No.2, puisque ceci n’est possible qu’avec de courtes distances. Elle me répétait souvent, tant que ce n’est pas parfait sur 12,5m, ne rallonge pas!

Sur ce, bonne fin de saison chers bâtisseurs de notre relève élite!