Se péter la gueule - Alex Sereno
2653
post-template-default,single,single-post,postid-2653,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,overlapping_content,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Se péter la gueule

crédit: Le phare enfants et familles

Se péter la gueule

Cela fait déjà près de 3 ans que je présente ma conférence « Osez rêver » au sein de laquelle je survole mon parcours professionnel d’entraîneur et d’entrepreneur, tout en partageant mes leçons apprises…souvent à la dure!  Plusieurs de ces leçons proviennent de mes échecs et l’échec, selon moi, est un outil d’apprentissage indispensable qui nous permet d’avancer et de nous surpasser.  Après chacune de ses quelques 40 représentations, les participants ont l’occasion de me poser des questions. Bizarrement la seule que l’on ne m’ait jamais posée plus fréquemment est; « et si c’était à refaire que ferais-tu différemment?  Voici ma réponse:

Rien! Si c’était à refaire, je referais la même chose, puisque le résultat (l’objectif, le rêve) a été accompli. Cela dit, je tiens à faire 3 précisions très importantes:

Primo, si c’était à refaire à mon âge, la réponse serait: JAMAIS DE LA VIE!  Je n’aurais jamais la force physique ou mentale pour me retaper le marché aux puces comme à nos débuts chez Barista ou coucher sur un matelas qui dégonfle toute la nuit pendant 2 semaines, comme lors de mes premiers camps d’entraînement de triathlon!  Cela dit, comme je suis du type anxieux, angoissé (et parfois même un peu névrosé), j’ai toujours la peur de perdre ce que nous avons durement bâti et je réalise que c’est cette même peur qui me motive à sortir du lit le matin et qui me donne l’énergie nécessaire pour trouver les stratégies innovantes afin de faire croître nos entreprises.

Secondo, ayant dit ceci, je lève mon chapeau à tous ces entrepreneurs dans la quarantaine (comme moi) qui quittent leur emploi afin de se lancer en affaire.  Vous avez toute mon admiration!  Votre courage est légendaire et je vous souhaite tout le succès qui saura récompenser vos efforts et vos sacrifices.

Tertio, si vous êtes dans la vingtaine ou la trentaine; GO! Lancez-vous! N’ayez pas peur de vous casser la gueule.  Vous êtes dans la fleur de l’âge et possédez une carte dans votre jeu qui est très payante; votre capacité à vous relever rapidement de vos échecs.

Finalement, le but de ce billet n’est pas de vous faire peur, simplement de vous faire réaliser que l’entrepreneuriat c’est un peu comme un sport de haut niveau, ça nécessite, travail, sacrifices et persévérance!