Va jouer dans la pluie - Alex Sereno
2947
post-template-default,single,single-post,postid-2947,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,overlapping_content,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Va jouer dans la pluie

Va jouer dans la pluie

C’est le 3 juin dernier qu’avait lieu la première tranche de la série pour la Coupe du Québec à Joliette. C’est sous la pluie que se sont déroulées les deux courses élites de la journée. Ça m’a d’ailleurs beaucoup fait réfléchir de réaliser à quel point cela semblait inquiéter les parents et entraîneurs sur place.

Vous savez, la pluie fait partie du quotidien d’un cycliste et d’un triathlète, et le meilleur moyen d’apprivoiser cette dernière est d’aller rouler dehors lorsqu’il pleut. C’est d’ailleurs un bon moyen de développer les habiletés nécessaires pour rouler sur la peinture et le gravier qui deviennent une vraie patinoire sous les roues du cycliste. C’est aussi une occasion pour se familiariser avec le freinage ou apprendre à négocier une courbe.

Des habilités, des habiletés, des habiletés

La pluie n’est qu’un exemple parmi tant d’autres qui font partie du bagage du jeune athlète en développement. Je suis d’avis qu’il est beaucoup plus important de miser sur l’acquisition des habiletés techniques d’un jeune athlète que sur les paramètres physiologiques (périodisation). Si vous entraînez de jeunes athlètes, vous devriez allouer un minimum de un entraînement technique par sport chaque semaine, c’est-à-dire un entrainement de natation, un de vélo, un de course à pied et un d’enchaînement.

Pour le vélo, il est d’autant plus important que vous misiez sur les acquis techniques, puisque ce sport implique une composante majeure: la sécurité. N’ayez donc pas peur de faire des parcours dans un stationnement de centre d’achat, où vos jeunes pourront contourner des obstacles en toute sécurité. Sortez le vieux vélo de montagne et allez vous amuser dans le gazon ou dans un boisé où se trouvent des pistes de vélo, et surtout… N’oubliez pas d’aller jouer dans la pluie!

Chapeau Ariane!

Je ne suis pas facilement impressionné – ceux qui me connaissent bien vous le confirmeront – mais cette 3e place d’Ariane Lalancette ce weekend chez les séniors (c’est sa première année junior) sera probablement mon lever de chapeau de l’année avec le projet Winnipeg 2017. C’est ce qu’on appelle sortir un lapin du chapeau!

Ceci me confirme une chose : avec beaucoup de travail, de persévérance et, surtout, de plaisir, il est toujours possible de faire de grandes choses. Bravo Ariane!