C’est en gagnant qu’on apprend à gagner

C’est en gagnant qu’on apprend à gagner

Ça faisait un bout que je n’avais pas écrit sur le coaching et l’entrepreneuriat. Comme la saison de triathlon est bel et bien commencée, cela m’a inspiré cette petite réflexion, j’ai donc pensé la partager avec vous.

Je le répète souvent lorsque je donne de la formation; un jeune athlète (ou entrepreneur) apprendra plus rapidement de ses succès que de ses échecs, lorsqu’il sera confronté à un défi (une course, un lancement de produit, etc.). Bien entendu, faire face à l’adversité et à l’échec représente aussi un apprentissage important (voir plus bas dans cet article). Personnellement je préfère la première à la seconde.

Mon raisonnement est assez simple; gagner semble avoir une incidence positive énorme sur l’estime de soi et contribue grandement à augmenter le niveau de confiance en ses moyens. Ce sont les petites victoires qui mènent aux moyennes victoires, qui elles, mènent aux grands succès. La formule est simple; il suffit de relever des défis qui se trouvent justes au-dessus de notre zone de confort et qui sont atteignables. Ainsi, si survient un échec (et il surviendra), celui-ci servira de leçon (apprentissage) et permettra de relever le défi à nouveau. C’est très béhavioral comme approche vous direz, mais d’expérience, cette recette semble donner de meilleurs résultats que celle où l’on fonce tête première dans un défi trop grand pour nos capacités du moment (je précise « du moment » puisque nos capacités augmenteront au fil du temps avec l’expérience). À mon avis cette méthode est simple, puisqu’il est plus facile de se relever d’une claque que d’un KO! C’est ainsi que l’on augmente sa tolérance au risque, nécessaire pour réussir à accomplir de grandes choses.

Et vous, qu’elle est votre recette du succès?